Du 17 novembre au 1er décembre 2018 : Festisol au CICP ! Résistances aux oppressions

, par Sylvain

Le Festisol au CICP : lumières sur les résistances face aux oppressions et la construction d’alternatives

Dans une période sombre de montée des idéologies réactionnaires, le CICP a souhaité faire de ce Festival des Solidarités un moment de mise en lumière et de partage autour de nos, de vos résistances face aux oppressions, du local au global, d’une lutte à l’autre. Les associations du centre vous proposent d’échanger sur la nécessité des résistances numériques, aux frontières, dans l’éducation, des luttes féministes comme fer de lance des mouvements de résistance, des enjeux de la coopération sécuritaire française, ou encore de la situation des enfants palestiniens dans la bande de Gaza.

Ce sera également l’occasion de réaffirmer fortement notre soutien aux lieux de transmission que sont les librairies militantes et aux espaces en lutte contre les grands projets inutiles et imposés. Enfin, durant ces deux semaines, des formations seront proposées autour de l’intervention civile de paix ou à travers des ateliers d’auto-défense, et ainsi se donner des outils pour lutter.

Nous vous attendons nombreux·ses pour partager ces temps d’échanges et construire ensemble les résistances et alternatives d’aujourd’hui et de demain !

Programme détaillé

NB : toutes les associations organisatrices sont membres du CICP sauf celles signalées par une *

Exposition : Tout au long du festisol, un espace d’exposition et de documentation sera installé en salle de presse. Inspirée du petit Guide de survie pour répondre aux préjugés sur les migrations, cette exposition est co-produite par Ritimo et le CCFD-Terre Solidaire pour battre en brèche les idées reçues. 7 préjugés sur les migrations sont passés au crible de données chiffrées qui démontrent que les fantasmes et les peurs faussent la plupart des représentations sur ce thème. Cette exposition donne aussi des pistes pour s’engager auprès des migrant.e.s.

Événements à venir

Vendredi 30 novembre, 19h30-22h00 // Quilombo à la Parilla ! Présentation du livre Peintures de guerre, débat « le plan Condor aujourd’hui » et soirée cumbia

par Donde Estan, la librairie Quilombo et les éditions Otium*

Présentation et signature de la BD "Peintures de guerre" en présence de son auteur Angel de la Calle : À la façon du Marelle, de Cortazar, l’auteur nous offre un roman graphique déconcertant, une mémoire des vaincus de la “Guerre froide” culturelle que l’Empire étasunien ména aux avant-gardes sudaméricaines dans les années 1970. Cette présentation sera l’occasion d’ouvrir un débat autour du thème :"Le plan Condor aujourd’hui".
La soirée continue au son de la cumbia, avec "Le Bal de la Solidarité" : un concert live de ✪ LOS HURACANES (Chili / Peru) combo d’une énergie incomparable qui nous plonge dans l’univers ensoleillé de la cumbia.
Restauration légère et bar sur place. 

Samedi 1er décembre, 14h-19h // visites guidées du CICP, ateliers d’autodéfense (marché solidaire annulé)

par le CICP et le collectif Diffraction*

Au cours de cette après-midi, vous pourrez participer aux visites guidées du CICP assurée par des militant·e·s du lieu, ou bien à des ateliers d’autodéfense.

Ateliers d’autodéfense par Diffraction : (essayer de) Lutter sans se cramer : boîte à outils pour apprendre à se régénérer dans des espaces militants vraiment bienveillants

Audrey Lorde l’a bien dit : ‘‘prendre soin de soi n’est pas de la complaisance mais de la préservation, ce qui constitue en soi un acte de guerre politique”.
Et on a du pain sur la planche par les temps qui courent.

Pendant cet atelier qui durera 3h, on échangera des réflexions et des outils sur ce qui nous permet de continuer à agir, au niveau individuel et dans les groupes militants. Parce qu’on sait bien qu’on risque de s’épuiser quand on ne prend pas soin de soi, mais que prendre soin de soi, c’est pas si simple. Et qu’on a bien remarqué que la bienveillance dans nos espaces ne fonctionne pas toujours, que parfois le groupe dont on fait partie nous stresse, mais qu’on ne trouve pas toujours comment ralentir la machine ou débloquer la situation.

On prendra du temps pour permettre à chacun·e de réfléchir à ce qui lui donne de l’énergie, dans sa vie et dans son groupe, et à ce qui lui pompe son énergie. Et on partagera des outils pour mieux s’organiser à plusieurs, décider collectivement, respecter les limites de chacun·e et créer des groupes sûrs, accueillants et qui puissent envisager de durer.

Pour participer : dans les ateliers on essaie de favoriser des rencontres et une écoute collective de chacun·e, ce qui est bien facilité par une participation du début à la fin de chacun·e des participant·e·s. C’est cool si vous réservez en avance en nous écrivant à contact@diffraction.zone et si vous êtes là un tout petit peu avant 15h. Si vous n’avez pas réservé, essayez de venir un peu avant : on vous filera la place de celles et ceux qui ont réservé mais ne sont finalement pas venu·e·s ;-). On a hâte de vous rencontrer !

Événements passés :

Lundi 17 novembre, 10h-18h au Mundo M à Montreuil // Journée de formation à l’intervention civile de paix

par Peace Brigade International France

Cette journée de formation est ouverte à toutes les personnes qui veulent en découvrir plus sur la non-violence, la protection des droits humains, la prise de décision au consensus, l’accompagnement international et les programmes-terrain soutenus par PBI France. Vous êtes tou.te.s les bienvenu.e.s, que vous souhaitiez ou non vous engager comme bénévole ou volontaire au sein de PBI. Il est nécessaire d’être présent durant toute la journée.
10€ pour les frais d’organisation sont demandés. Inscription obligatoire sur HelloAsso : https://bit.ly/2J6eISs
Plus de détails ici : https://pbi-france.org/nouvelles/2018-10/code1

Dimanche 18 novembre, 17h-23h // Concert de soutien au « Jargon libre »

par le Collectif Contre-Culture

Le Collectif Contre-culture organise régulièrement des concerts de soutien à diverses organisations de résistance sociale et à des associations de solidarité internationale. La bibliothèque LE JARGON LIBRE est un outil utile pour toutes et tous, pour la lecture ou faire des recherches dans toutes ses archives. C’est aussi un lieu de mémoires collectives. A nous de le faire perdurer... Pour ce faire, rendez vous le 18 Novembre 2018 à partir de 17h au CICP ! Discussion, infos, tables de presse et musiques avec : Les naufragés (chansons rock – Montpellier), Lise cabaret (chanson rock – paris).
Prix libre en soutien.

Lundi 19 novembre , 18h-20h30 // Soirée d’ouverture et blind-test !

Par IPAM - Initiatives Pour un Autre Monde

Venez découvrir le programme du Festisol au CICP lors d’un blind-test échevelé qui vous fera réviser vos chansons engagées ! Ce temps convivial sera également l’occasion de nous interroger sur la façon de s’engager aujourd’hui dans le champ de la solidarité internationale.

Mardi 20 novembre, 19h-22h // Journée internationale des droits de l’enfant / Le scandale des prisonniers palestiniens mineurs en Israël

par la Campagne pour la libération immédiate de tous les enfants prisonniers d’Israël

Dans le cadre du « Festival des Solidarités » du 17 novembre au 2 décembre, et dans le prolongement de la tournée du jeune Palestinien, ex-prisonnier d’Israël, accompagné par un avocat d’Addameer (Association palestinienne de protection des prisonniers)
La projection du documentaire « Scars of freedom » produit par Addameer (les cicatrices de la liberté), sera suivie d’un dialogue avec nos invités.

Mercredi 21 novembre, 19h-22h // Coopération sécuritaire française - une aide publique à la répression ?

Par Survie, Migreurop, l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et l’Observatoire des armements*

Les interventions s’articuleront autour de différentes problématiques, de l’externalisation du contrôle migratoire européen et la militarisation du Sahel, à la coopération policière et militaire en Françafrique, en passant par la coopération militaire France-Israël.

Jeudi 22 novembre, 19h-22h // Écoles alternatives, neurosciences, bonnes vieilles méthodes : « La riposte » de Philippe Meirieu

Par Question de classe(s) et sa revue N’Autre Ecole

Chaque gouvernement charrie avec lui son lot de remèdes miracles pour réformer l’École : dédoublement des classes, méthode syllabique, semaine de quatre jours, réforme du baccalauréat, rétablissement de l’autorité, etc. Pêle-mêle, on invoque les neurosciences et les évaluations internationales, le bon sens de Descartes et la pédagogie de Maria Montessori.
Afin d’y voir plus clair, Philippe Meirieu s’interroge : quels enfants voulons-nous former ? Pour quel monde ? Et comment faire en sorte que l’École de la République tienne sa promesse de justice et de solidarité ? ?
Cette rencontre avec Philippe Meirieu sera aussi l’occasion de présenter le premier hors série de la revue N’Autre école : De Montessori aux neurosciences, offensives contre l’école du commun (Alain Chevarin et Grégory Chambat, 10 €.)
Militant engagé pour une école plus juste et capable de faire face aux défis de demain,Philippe Meirieu est professeur émérite en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon-2 et auteur de nombreux ouvrages, notamment Le Plaisir d’apprendre (Autrement, 2014) et Lettre à un jeune professeur (ESF sciences humaines, 2016).

Vendredi 23 novembre, 20h-22h30 // Parrilla uruguayenne solidaire

Par Donde Estan

L’association "Donde Estàn ?" organise chaque vendredi au CICP, à partir de 20h, un restaurant traditionnel uruguayen « La Parilla » (grillades et empanadas) afin de présenter des actions de soutien aux familles de détenus disparus et assassinés en Uruguay pendant la dictature, le tout en musique !
Soirée avec Wladimir Beltran & Sur Moreno Trio : Un voyage à travers le landó, la marinera, le festejo, la saya, la cueca, la milonga, le candombe et la murga.

Samedi 24 novembre, 14h, Opéra // Marche contre les violences sexistes et sexuelles

Par Nous Toutes et Nous Autres*

Marche à Paris et en partout en France pour dire STOP aux violences sexistes et sexuelles.

Samedi 24 novembre, 19h30-23h // Débat et scène ouverte ! Espaces en lutte contre les grands projets inutiles et imposés

Par Echanges Solidaires et le CSPCL (Comité de Solidarité avec les Peuples du Chiapas en Lutte), scène ouverte par la Rue des Miracles*

D’Atenco au Mexique à Notre-Dame-des-Landes, de Bure à Romainville, de Marseille à Strasbourg en passant par Hambach en Allemagne : les grands projets inutiles et imposés fleurissent, comme les luttes qui y font face et qui bâtissent les piliers des alternatives d’aujourd’hui et de demain. Des militant·e·s vous raconteront leurs luttes et répondront à vos question, avant de laisser place à une scène ouverte proposée par la Rue des Miracles.

Lundi 26 novembre, 19h-22h // Réinventer le champ politique depuis les femmes : luttes féministes en contexte

Par IPAM (Initiatives Pour un Autre Monde)

Comment les dynamiques féministes contribuent aujourd’hui à bouleverser et finalement renouveler le champ politique au sens large ? Comment les luttes féministes (kurdes, brésiliennes, féministes décoloniales ou communautaires) se posent-elles comme réponses aux nouvelles formes de fascisme ? Nous répondrons à ces questions par le retour d’expériences de femmes engagées, en France et ailleurs, et un temps d’échanges avec le public.
Intervenantes :
- Tal Dor et Manal Altamimi, autrices de l’ouvrage "Rencontres Radicales, pour des dialogues féministes décoloniaux"
- Soma, militante du collectif Solidarité Femmes Kobanê (collectif aujourd’hui dissout)
- Une militante du mouvement #EleNão (Brésil)
- Jules Falquet, sociologue
Modération : Juliette Rousseau

Mardi 27 novembre, 19h-22h // Résistances aux frontières

Par l’ANAFE et le réseau RITIMO

Comment fait-on respecter les droits fondamentaux aujourd’hui, malgré des politiques publiques qui, en fermant les frontières, créent des situations d’une extrême violence ? Comment, ici et là-bas, des gens affrontent la répression ? Comment des militants criminalisés continuent-ils leur combat pour le respect des valeurs humaines de solidarité et de fraternité ? Comment les soutenir ?

Nous compterons sur la présence de Laure Blondel, de l’Anafé ; Laure Palun pour le collectif Délinquants solidaires ; de Sissoko Anzoumane, de la CSP 75 ; et Loan Torondel, travailleur humanitaire.

Face aux pratiques illégales de l’administration à l’encontre des personnes exilées aux frontières françaises et européennes et à la multiplication des pressions, intimidations, poursuites pénales et condamnations des personnes solidaires qui viennent en aide aux personnes migrantes, la société civile met en œuvre des stratégies et des moyens : connaissons-les, multiplions-les.

Mercredi 28 novembre, 18h-22h // Surveiller et punir 2.0 : oppressions numériques et résistances au Tchad, au Cameroun et ailleurs...

par Ritimo, Survie, Globenet, Toile Libre, La Quadrature du Net et Internet Sans Frontières

Une soirée pour découvrir pourquoi le numérique est devenu un enjeu de solidarité internationale, croiser nos regards et nos expériences pour comprendre les mécanismes d’oppression numérique et les stratégies de résistances des acteur·trices de la mobilisation sociale.
Depuis plus de 6 mois, le Tchad fait l’objet d’une censure spécifique sur Internet de la part des opérateurs locaux, en raison de restrictions imposées par l’autorité de régulation des télécommunications, aux ordres du gouvernement. L’accès aux grandes plates-formes de réseaux sociaux y est donc bloqué. Au Cameroun, c’est l’accès à Internet qui est purement et simplement coupé ou très fortement perturbé depuis 2017.(2). En 2011, l’Internet tunisien ne répondait plus. L’Internet égyptien disparaissait de la toile quelques semaines plus tard. La Syrie était impactée peu après. Mais cette litanie de mesures coercitives n’est pas l’apanage de quelques régimes tyranniques : l’autorité de régulation des télécommunication états-unienne a renoncé à défendre la neutralité du net en décembre dernier. En France, la Loi de Programmation Militaire institue la pose de boîtes noires chez les opérateurs et hébergeurs français, en violation du secret de nos correspondances, après avoir établi des moyens étendus de surveillance de nos métadonnées, entre autres, suite à la Loi Renseignement de 2015.
Face à ces violations répétées de la liberté d’expression, et son corollaire, celle de communiquer, face à la surveillance, la censure ou le contrôle social, des hacktivistes s’organisent, là-bas comme ici…
Plus de détails en suivant ce lien : https://www.festivaldessolidarites.org/evenements/surveiller-et-punir-2-0-oppressions-et-resistances-numeriques-au-tchad-au-cameroun-et-ici-10672

Jeudi 29 novembre, 18h-22h // AG du CICP suivie d’un débat : quelles réponses des lieux de solidarité face à la haine et à la montée du fascisme ?

par le CICP

En première partie de soirée aura lieu l’AG du CICP, ouverte aux membres des associations qui y sont domiciliés. Ce temps d’AG formelle sera suivie d’un débat ouvert au public, à partir de 19h30, autour du thème : quelles réponses des lieux de solidarité face à la haine et à la montée du fascisme ? Points de vue de France, d’Ukraine, d’Italie (sous réserve) et du Brésil.

Actualité des associations du CICP